Actualite
La pleine conscience réduirait la solitude
30.10.2015

La pleine conscience réduirait la solitude et améliorerait la santé ( étude parue dans la revue Brain, Behaviour& Immunity)

La « pleine conscience » ou « mindfulness » consiste à se concentrer sur soi-même et profiter du moment présent, sans jugement et en accueillant ce qui vient de l’extérieur comme de soi. Elle est notamment utilisée dans certaines entreprises, afin de réduire le stress des employés. Or, d’après une étude parue dans la revue Brain, Behavior & Immunity, cette méthode de relaxation diminuerait le sentiment de solitude et améliorerait la santé, notamment chez les personnes âgées.

L’étude a été dirigée par J. David Creswell de la Carnegie Mellon University de Pittsburgh en Pennsylvanie. Pour la mener, le scientifique et son équipe ont convoqué 40 personnes de 55 à 85 ans en bonne santé. La moitié d’entre elles ont alors pu participer à un stage de huit semaines de Mindfulness-Based Stress Reduction (réduction du stress basée sur la pleine conscience), programme créé par Jon Kabat-Zinn de la University of Massachussetts Medical School. Le niveau de solitude ressentie a été évalué à l’aide d’une échelle préétablie pour tous les volontaires, au début et à la fin des huit semaines. Les chercheurs ont alors montré que seules huit semaines de « mindfulness », à raison de 2h30 par semaine, suffiraient à se sentir moins seul.

Dans un communiqué daté du 24 juillet 2012, le directeur de l’étude estime que « nous disons toujours aux gens d’arrêter de fumer pour des raisons de santé, mais on pense rarement aux effets de la solitude sur la santé ». Or, selon lui : « La solitude est facteur de risque majeur sur la santé et la mortalité des seniors ». Deux études récentes avaient en effet souligné que le sentiment de solitude augmentait le risque d’incapacité et de mort prématurée, en particulier chez les 45-65 ans. Mais pour les personnes de plus de 65 ans, la solitude impliquerait également un risque plus élevé de maladies d’Alzheimer et cardiovasculaires, première cause de décès en France.